CBD : Qu’est ce que le Cannabidiol ?

La petite histoire du CBD

Les amalgames entre le CBD (Cannabidiol) et THC sont encore malheureusement bien tenaces auprès du grand public. Pourtant, nous distinguons désorais facilement les deux molécules par leurs utilisations respectives, notamment grâce aux bénéfices accordés à la consommation de CBD. Des deux substances actives les plus connues du chanvre, le CBD est aujourd'hui particulièrement plébiscité par les consommateurs pour ses bienfaits permettant de lutter contre les comportements anxieux. Un chanvre bien-être, parfois appelé cannabis <em>light</em>, désormais légalisé par de nombreux pays en raison de ses vertus. Explications.

 

Qu’est-ce que le CBD ?

Le CBD est une molécule faisant partie de la famille des cannabinoïdes. À l’instar du THC présent dans la plante de chanvre dans laquelle on dénombre une centaine de cannabinoïdes, il présente aussi des effets psychoactifs via une interaction avec le système sérotoninergique. Au contraire cependant, le CBD n'est pas psychotrope. Lorsque l’une de ces deux molécules est présente en grande quantité l’autre le sera moins. La balance THC/CBD d’une fleur sera généralement de 1/20. Autrement dit pour 0,3% de THC, la limite légale, dans la très grande majorité des cas le taux de CBD sera compris entre 3 et 7 % suivant la génétique, le type de culture et le taux de THC.

Depuis une dizaine d’années, l’intérêt de la communauté scientifique pour le CBD va croissant, les données disponibles à ce jour proviennent de la reconnaissance par les scientifiques que le CBD pourrait agir sur de nombreuses cibles biologiques dans l’organisme.

 

Qu'est-ce que le système endocannabinoïde (SEC) ?

Acteur majeur de l’homéostasie cellulaire, le système endocannabinoïde (SEC) joue un rôle crucial pour la bonne santé du corps humain. Il agit comme un mécanisme d'équilibrage et régule l'équilibre lorsqu'il détecte un problème dans notre organisme. Il faut savoir que notre corps produit naturellement ses propres cannabinoïdes ! Ils sont indispensables car ils jouent un rôle important dans de multiples aspects des fonctions neurales et pourraient être impliqué dans la régulation des processus physiologiques et cognitifs.

Le Dr Raphael Mechoulam a isolé deux types d'endocannabinoïdes dans le corps humain

  • L'anandamide : Arachidonoylethanolamide (AEA)
  • Le 2-AG :2-arachidonoylglycérol

Nous avons donc également des récepteurs endocannabinoïdes dans tout le corps, avec une grande variété de types de cellules et de réponses. Les deux principaux récepteurs du système endocannabinoïde sont CB1 et CB2.

  • Les récepteurs CB1 sont essentiels au bon fonctionnement du cerveau et sont l’un des récepteurs les plus courants dans tout le système nerveux. 
  • Les récepteurs CB2 se trouvent le plus souvent sur les cellules de notre système immunitaire. 

Un certain nombre d’enzymes différentes travaillent ensemble pour transformer les corps gras en anandamide et 2-AG. Lorsque qu'elles ont transmis leurs messages, le corps les empêche de continuer à stimuler indéfiniment le SEC en les déplaçant par les protéines de transport ou en les livrant aux enzymes qui les dégradent. 

Les deux enzymes les plus étudiées dans le système endocannabinoïde sont la FAAH (qui dégrade l’anandamide) et le MAGL (qui décompose le 2-AG).

 

Comment fonctionne le CBD ?

Le CBD doit en grande partie son succès à son action sur le système endocannabinoïdeAu lieu de se lier aux récepteurs CB1 ou CB2, le CBD possède deux effets uniques sur le corps. Il favorise la synthèse de 2-AG et inhibe l'activité de FAAH. le CBD favorise ainsi indirectement une activité endocannabinoïde saine.

Dans l’organisme, le CBD joue le rôle de catalyseur. Il optimise la réponse naturelle à la douleur, mais aussi aux angoisses et à l’anxiété. Comprenons-nous bien : le CBD n’élimine ou n’empêche pas la douleur et l’anxiété, mais il agit sur le système nerveux pour réduire l’impact de l’un et de l’autre. Cela, en envoyant des signaux qui, en substance, intiment à l’organisme de ne pas s’en soucier et de vaquer à ses occupations.

Bien que notre corps sécrète naturellement des endocannabinoïdes, consommer du CBD et donc des phytocannabinoïdes, permet d’assurer le bon fonctionnement du système et de le potentialiser

 

Quelle différence entre CBD et THC ?

Parmi la centaine de cannabinoïdes que l'on peut retrouver dans la fleur de chanvre, le CBD et le THC sont les plus connus du grand public. Le THC (9-tétrahydrocannabinol) est la molécule psychotrope du cannabis. En agissant directement sur le système nerveux, elle affecte le fonctionnement du cerveau et peut changer les perceptions en altérant les capacités physiques et cognitives. C’est précisément pour ces effets que le THC est habituellement consommé : il rend "high" ou fait planer !

Contrairement au THC, le CBD ne provoque pas d'effet euphorisant. Son rôle est même inversé puisqu'il pourrait contrer les effets du premier. Dans une certaine mesure, le CBD permet même de retarder les effets du THC en limitant les risques de "bad trip". Toutefois, le CBD est bien psychoactif car, comme vous l'avez compris, il agit sur certaines molécules du cerveau. Toutefois, et c'est la bonne nouvelle, le CBD n'altère absolument pas la perception et l'état de conscience de la personne qui en consomme. Le côté psychoactif pourrait davantage se comparer à celui qu'entraîne le café, avec l'effet inverse d'apaisement et éventuellement de somnolence. 

Notez tout de même que le cannabis à forte teneur en CBD ne peut pas remplacer le THC, pour ceux qui recherchent essentiellement les effets psychoactifs de la substance. Les propriétés idoines ne sont atteintes qu’à hautes doses de CBD, et encore, sans aller jusqu’à un effet relaxant équivalent à 100 %. En d’autres termes, le CBD ne peut pas servir de produit de substitution pour les gros consommateurs de cannabis riche en THC.

Retrouvez plus d'éléments de comparaison en lisant notre article de dédié à ce sujet. 


Bienfaits du CBD : quels sont les vertus du CBD ? 

Les effets positifs du CBD identifiés et reconnus comme bénéfiques selon des études médicales sont de plus en plus nombreuses. 

  • Les douleurs
  • Les inflammations
  • Les nausées
  • Les crises d’angoisse
  • L’anxiété
  • Certaines affections mentales (schizophrénie…)
  • La fibromyalgie
  • Les maladies cardiovasculaires
  • L’épilepsie
  • L’arthrose rhumatoïde
  • Le diabète
  • Le cancer
  • L’alcoolisme

Cette liste non exhaustive ne finit pas de s'allonger. 

Il faut néanmoins garder à l’esprit que la communauté scientifique ne réalise des recherches sur la molécule de CBD (isolé des autres substances actives du cannabis) que depuis une quinzaine d'année. Les études médicales se poursuivent et laissent d’ores et déjà entendre que l’impact du CBD sur le traitement des patients pourrait ouvrir la porte à des traitements révolutionnaires. Certaines études montrent, par exemple, que les molécules THC et CBD agissent contre les rhumatismes, aident à réduire les nécroses qui suivent les infarctus, et peuvent même s’attaquer aux cellules cancéreuses, d’autant plus efficacement qu’elles sont combinées. 

Le CBD est-il légal ?

La substance concernée par la prohibition dans de nombreux pays n’est autre que le THC, aux effets psychotropes qui est considéré comme un produit stupéfiant. Ce n’est pas le cas du CBD, qui peut être acheté et consommé sous des formes variées.

En effet, le Jeudi 19 novembre 2020, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé illégale l’interdiction en France de la commercialisation du CBD, en soulignant que cette molécule n’a "pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine". Suite à l'arrêté du 30 Décembre 2021, le conseil constitutionnel retient deux critères cumulatifs permettant de dire qu’un produit est un stupéfiant : la "dépendance" et les "effets nocifs pour la santé", des critères non remplis par le CBD. Le conseil d'État relève d'ailleurs que le seuil (0,3 %), en dessous duquel les produits sont dépourvus de propriétés stupéfiantes, est celui que retient la réglementation.

Une décision motivée par le rapport du Comité de L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) composé d’experts de la pharmacodépendance concluant que, à l’état pur, le cannabidiol (CBD) ne semble pas présenter de potentiel d’abus, ni être nocif pour la santé. Ainsi, le cannabidiol n’étant actuellement pas classé comme substance à part entière (uniquement comme composé d’extraits de cannabis), les informations actuelles ne justifient ni le changement de statut ni la classification de cette substance.

 

Comment consomme-t-on le CBD ?

Il existe plusieurs façons de consommer du CBD, mais les plus efficaces sont celles qui passent par les voies naturelles – car le CBD est considéré comme un complément alimentaire. Quelles sont les méthodes les plus répandues ? Retrouvez également ses usages au travers de notre article de Blog.

Sous forme d’huile sublinguale, que l’on absorbe à l’aide d’une pipette en plaçant quelques gouttes sous la langue pendant une à deux minutes. En effet, les muqueuses sous la langue sont particulièrement vascularisées et permettent une absorption rapide.

Sous forme de pâte, absorbée avec des aliments ou seule pour absorber une grosse dose de CBD.

Sous forme de capsules ou de gélules, généralement en gélatine, permettant de doser son CBD plus facilement. Comme un médicament, la capsule se dissout dans l’estomac. Cette posologie n’est pas optimale en cas de perméabilité intestinale : les effets du CBD ne se feront pas ressentir.

Sous forme de chewing-gum, une méthode appréciée parce qu’à la fois simple et pratique.

Sous forme de e-liquide, utilisé dans une cigarette électronique. Absorbé par les poumons, le CBD passe très rapidement dans le sang (plus vite que dans le cas d’une ingestion).

Sous forme de produits cosmétiques, à appliquer sur la peau. Le CBD est surtout utilisé par ce biais pour traiter des troubles localisés (douleurs aux articulations, acné, maladies de la peau, etc.), en complément des produits classiques.

Sous forme de boissons pour une consommation aisé, pratique et agréable, le CBD est microencapsulé pour garantir sa biodisponibilité. 

À chacun de choisir la posologie la plus efficace et la plus agréable ! 

 

Le CBD est-il remboursé par l’assurance maladie ?

Dans la mesure où le CBD est considéré comme un complément alimentaire, et non comme un médicament, la réponse est non. Ni l’assurance maladie, ni les mutuelles ne prennent en charge le CBD. Cependant, peut-être que les choses seront amenées à changer un jour.

En attendant, le Cannabidiol n’est pas un médicament et ne peut pas être qualifié comme tel. Nos produits ne sont pas destinés à diagnostiquer, à guérir ou à prévenir d'une maladie. Il est interdit en France de promouvoir des vertus thérapeutiques au sujet du CBD.